« Je fais vivre mes acteurs économiques locaux… Pendant les travaux ! » Rencontre avec Geneviève De Conninck Hair Ligne Coiffure à Walcourt.

         L’image contient peut-être : 2 personnes, lunettes L’image contient peut-être : 2 personnes, intérieur L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes assises et intérieur

Agence de Développement Local (ADL) Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Geneviève De Conninck (G.D.) : Je suis entrée sous contrat d’apprentissage chez Jacques Bayet, coiffeur qui était installé à la rue de la Montage à Walcourt. J’ai fait mes études à Dinant : 4 ans d’apprentissage et 2 ans de patronnat. Dès l’obtention de mon diplôme, j’ai été engagée comme ouvrière qualifiée chez mon patron. Par la suite, j’ai participé à de nombreux concours chez Wella dont je fais toujours partie. Ensuite, je me suis lancée. Voici maintenant 27 ans que je suis installée à Walcourt comme indépendante.


Agence de Développement local (ADL) Qu’est ce qui vous a motivé à exercer ce métier ?

Geneviève De Conninck ( G.D.) : J’ai souhaité me diriger vers un métier où je pouvais laisser parler ma créativité et mon imagination !

Comme beaucoup de jeunes filles, j’aimais la mode, les cheveux,...

J’avais l'envie de me diriger vers ce métier et c'est Jacques Bayet, un copain de mon père, qui m’a permis de le tester... Lorsque mon père s’est aperçu que l’emploi dont je bénéficiais était une place sûre et que j'étais motivée et douée, il m’a donné son accord. Comme signalé, le monde de la mode m’intéressait également fortement mais l’accord parental n’a pas été le même ; estimant que je n’avais pas d’avenir dans ce métier.

Mon patron de l’époque travaillait chez « Wella » la célèbre marque de produit de coiffure, ce qui me permettait de suivre les nouvelles tendances.

A l’heure actuelle, je suis toujours des formations afin de me tenir au courant des dernières nouveautés, c'est primordial dans ce métier !


ADL : Votre clientèle est-elle plutôt masculine, féminine et/ou enfants ?

G.D. : Lorsque j’ai ouvert mon salon, ma clientèle était plutôt féminine. Il y a cinq ans, j’ai développé une clientèle masculine. Dans le but de me tenir informée et de développer sans cesse mes services, je continue à me former aux coupes femmes, hommes et enfants.

Je ne fais pas beaucoup de publicité. C'est surtout du bouche à oreilles. Les clients sont variés et certaines viennent d'assez loin (Couvin par exemple).


ADL : Quelle est votre journée type ?

G.D. : Je travaille sur rendez-vous de 08h00 à 18h00 du mercredi au samedi. La prise de rendez-vous me permet d’organiser au mieux ma journée. Ce sont donc les desiderata de mes clients qui déterminent mes horaires et si par exemple, ils veulent être coiffés pendant le temps de midi, il n'y a vraiment pas de problème, je m'adapte.

J’ai deux jours de fermeture, le lundi et le mardi, afin de pouvoir me consacrer aux formations.

Ces formations sont très importantes car il y a de nombreuses choses qui évoluent dans le métier  ; par exemples : les couleurs et leurs palettes, les différentes textures de cheveux que l’on peut rencontrer, la touche personnelle, placer les ciseaux la où il faut pour améliorer la coupe  ...


ADL : Quelles sont, selon vous, les qualités à avoir pour être une bonne coiffeuse ?

G.D. : La première qualité est bien sûr d’avoir un bon coup de ciseau, le diagnostic au niveau colorimétrie est très important aussi. Pour qu’une couleur soit en harmonie avec la personne, nous nous basons sur la couleur des yeux et de la peau. Il faut également être attentif à la forme du visage de la personne afin de pouvoir la conseiller judicieusement.

L'écoute est aussi une qualité essentielle.

Nous devons être également attentive au cuir chevelu de la clientèle.

Et il ne faut surtout pas avoir peur de rester debout toute une journée !


ADL : Quels sont selon vous la difficulté et l’aspect positif de votre métier ?

G.D. : Lorsqu’on aime son métier, aucune difficulté ne nous arrête. La seule chose que je n’aime pas, ce sont les personnes impatientes car pour avoir un beau résultat, un certain temps est nécessaire. Les techniques utilisées font que parfois cela peut prendre un peu plus de temps.

Ce que j'aime dans ce métier, c'est le contact avec la clientèle et la satisfaction du travail bien fait ! J’adore ce que je fais, je suis une passionnée et je ne compte pas mes heures... Par conséquent, quand mes clients quittent le salon satisfaits, je suis ravie.


ADL : Quels sont les impacts des travaux sur votre activité ?

Le plus gros impact que je subis actuellement est le stationnement, ce n’est pas facile de trouver une place.

De plus, pour l’instant, nous avons également beaucoup de poussières, ce qui entraîne une difficulté de garder le salon propre.

Enfin, les travaux ont une influence sur le passage des gens devant chez moi et freine donc mon activité commerciale même si cette dernière est sur rendez-vous.


ADL : Le mot de la fin ?

G.D. : Je suis au service de toute attente, je suis à l’écoute, je sers ma clientèle du mieux que je peux et avec le sourire !


Un grand merci pour le temps que vous nous avez accordé et beau succès pour la suite !

Contact :Hair Ligne Coiffure – Geneviève De Conninck – Rue de la Station, 22 à Walcourt - Sur rendez-vous de 08h00 à 18h00 du mercredi au samedi - 071 61 12 36.