Christophe Longfils - Propriétaire de la pépinière «Au jardin du blanc vivier» à Clermont




Producteur de géraniums, d'annuelles, de pomponnettes.


DSCF9445 DSCF9434 DSCF9444


Agence de Développement Local (ADL) : Monsieur Longfils, pouvez-vous nous décrire vos activités ?


Christophe Longfils (C.L.)
 :

Nous avons trois types d’activités distinctes :

-         Celle d’aménagements extérieurs qui comprend le pavage, la pose de clôtures, le terrassement, le semis de pelouses, l’abattage d’arbres, …

-         Celle relative au centre de jardinage c'est-à-dire la production d’annuelles (géraniums, pomponettes (plantes de la Toussaint), …), la vente d’articles pour le jardin, des décorations de jardin, …

-         La boutique de déco « Le marché de Chloé et Capucine »




ADL : Depuis combien de temps exercez-vous ce métier ?


C.L.
 :
Le 21 octobre 2008, la pépinière est ouverte au public. Au départ, le bâtiment n’était pas encore construit et nous avons malgré tout ouvert car j’avais produit des pomponettes, nous étions proche de la Toussaint.

C’est vraiment au printemps 2009 que l’activité a été lancée.

Pour être précis, avant de réaliser cette activité, j’ai travaillé, quatre jours par semaine, à la « Jardinerie de l’Eau d’Heure » sur le zoning de Chastrès. Le reste de la semaine, j’avais créé une activité complémentaire qui était l’entreprise de parcs et jardins. Voyant que cette activité fonctionnait de mieux en mieux, je me suis lancé après en tant qu’indépendant à part entière.



ADL : Pourquoi avoir choisi ce métier ?


C.L.
 :
Enfant, je voulais être agriculteur. J’ai toujours eu une passion pour la terre, les plantes… En grandissant, j’ai compris que n’étant pas du milieu agricole, il me serait difficile d’accéder à cette profession.

A 16 ans, j’avais acheté une petite serre de 15 m² et pour la rentabiliser, j’ai vendu à mes voisins et à mes proches, les plantes que j’y avais fait pousser.



ADL : Pourquoi vous êtes vous lancé comme indépendant ?


C.L. :
J’ai la fibre indépendante… J’aime faire selon mon point de vue, surtout quand je pense avoir raison. Cependant, il est clair qu’il est primordial de tenir compte des conseils des autres. J’aime organiser mon travail, j’aime ce que je fais.


ADL : Vous lancer si jeune comme indépendant, cela ne vous a pas fait peur ?


C.L. :
Il est vrai que je me suis lancé comme indépendant à 22 ans, cela peut paraître jeune. Néanmoins, comme je vous l’ai dit, j’avais déjà mon expérience et surtout l’aide de mes parents… Sans eux, il m’aurait été impossible de réaliser mon rêve. C’est grâce à eux qui m’ont soutenu et me soutiennent que j’y arrive aujourd’hui (mon père est mon bras droit) !

Certaines personnes pourraient m’envier mais il faut comprendre que tout ce qui est autour de nous, ce sont des investissements ! La vie d’indépendant, c’est beaucoup de sacrifices. Par exemple, les grosses semaines, je travaille plus de 100 heures ! Lorsque je rentre, ce n’est pas fini, il y a la gestion administrative (ma mère s’en occupe en grande partie mais l’estimation et la rédaction des devis, c’est pour moi !).

Si j’ai un problème physique, comme une entorse par exemple, cela pose un vrai problème… Cela m’est malheureusement déjà arrivé.



ADL : Comment s’organise le travail sur une année ?


C.L. :
Le printemps et l’automne sont les moments où il y a le plus de travail. Je suis aidé par mes parents mais également de temps en temps par des intérimaires et des stagiaires… Seul, il me serait impossible de réaliser toutes les tâches à ces périodes !

En été, c’est plus calme en pépinière mais le travail de parcs et jardins ne manque pas car nous profitons des longues journées au maximum.

En hiver, c’est l’occasion de ranger au mieux le magasin, de faire l’inventaire, …



ADL : Pourquoi vous êtes-vous établi à Clermont ?


C.L. :
Je suis de Clermont. Donc, lorsque j’ai prospecté pour trouver un endroit, il me paraissait naturel de m’établir dans mon village. Lorsque j’ai eu l’opportunité d’acheter une parcelle de terrain, je l’ai fait !



ADL : Quel type de clientèle visez-vous ?


C.L. :
Bien entendu, pour l’entreprise d’aménagements extérieurs, nous visons toutes les personnes qui souhaitent aménager leur jardin, leur espace vert (particulier ou entreprise).

En ce qui concerne la pépinière, un quart de la production des géraniums et la moitié de la production des pomponettes sont vendus à des fleuristes, des épiceries qui vendent également des fleurs. Pour le reste, le particulier est notre client !



ADL : Comment touchez-vous votre clientèle ?


C.L. :
L’ouverture a été annoncée dans l’Echo. Actuellement, nous réalisons de la publicité saisonnière.

Nous privilégions le « bouche à oreille ». Un client satisfait revient !

 



ADL : A ce propos, comment vous différenciez-vous par rapport à la concurrence ?


C.L. :
Par rapport à nos concurrents qui ne produisent pas eux-mêmes leurs plantes, nous produisons de la qualité à meilleur prix.

En ce qui concerne la vente aux épiceries, aux fleuristes, nous n’imposons pas d’unité minimum, c'est-à-dire que nous pouvons vendre 10 pomponettes jaunes et 20 blanches ou 15 géraniums en fonction des besoins. C’est notre force car auprès de nombreux grossistes, il y a un nombre minimum imposé !

Enfin, ce qui nous différencie, c’est l’accueil du client. Nous considérons que 10 minutes passées avec un client pour le conseiller, c’est bénéfique pour la société car il a ce qu’il souhaite, il est donc heureux et reviendra chez nous !



ADL : Quels sont les avantages et inconvénients de votre métier ?


C.L. :
Le grand air et le travail diversifié sont deux avantages indéniables de ma profession. Voir pousser ce qui est semé, cela a quelque chose de magique ! Egalement, il y a une grande satisfaction à voir l’utilité de ce que nous réalisons, de concrétiser le projet de nos clients. 

Par contre, effectivement, nous sommes tributaires du temps tout comme les agriculteurs il y a des jours où il faudrait 40h dans une même journée !



ADL : De quoi êtes vous le plus fier ?


C.L. :
Je suis particulièrement content que tout se passe au mieux dans cette activité ! Je remercie encore mon entourage de m’avoir soutenu !

Au début, c’est vrai que c’est un saut dans le vide…

Maintenant, l’entreprise tourne et chaque année, nous progressons et notre clientèle est satisfaite, c’est le principal.



ADL : quelles sont vos perspectives professionnelles ?


C.L. :
Nous avons des projets d’extension à l’arrière du bâtiment existant : les réalisations d’un carport de 16mX15m ainsi que d’un nouvel hangar de 15mX10m.

Nous souhaitons également, à terme, agrandir la serre en verre, ...

Des projets, j’en ai donc encore et heureusement ; exemple : à partir de mars : il y a un élargissement de notre gamme !



ADL : Monsieur Longfils, merci pour cet entretien.

Félicitations pour votre entreprise qui ne connaît pas la crise…


 

Bon travail et bonne préparation des annuelles pour le printemps !


 

Infos, contact :

AU JARDIN DU BLANC VIVIER

Rue de Castillon, 34, 5650, Clermont

Tel. : 071 53 44 51 - Fax : 071 53 44 51

Du 15 mars au 30 juin : ouverture du mardi au samedi de 9h à 18h. Le dimanche de 9h à 12h.

Le reste de l’année (sauf congés du 15/07 au 15/08) me-je-ve de 14h à 18h et le samedi de 9h à 18h.